• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009
( 29 novembre, 2009 )

Le CLUB CPN du FOYER RURAL SERA LA POUR ACCUEILIR LE PASSAGE DES KAYAKISTES DE TONNEINS SAMEDI MATIN

Dans le cadre du téléthon la section CPN du Foyer Rural sera présente samedi matin au passage des kayakistes de Tonneins et dimanche lors des randonnées autour du canal de Garonne.

Quant au musée école il s’impliquera le dimanche avec la dictée du téléthon qui aura lieu à 14H30 soit à la salle polyvalente soit à la halte nautique.

Nous allons avoir en perspective deux bien belles journées.

jean marie RICHON

( 29 novembre, 2009 )

La semaine consacrée à la réduction des déchets s’achève. Quel bilan pour le bouchon de liège usagé sur le territoire de la ccvg?

Comme vous le savez , c’est le CPN de lagruère qui a passé le témoin à la CCVG et  désormais ce sont les citoyens qui doivent apporter les bouchons à la déchetterie la plus proche de leur lieu d’habitation.

les déchetteries doivent ensuite alerter dès qu’elles ont plusieurs sacs . Les bouchons étaient en principe triés par une association d’insertion qui aux dernières nouvelles ne ferait plus ce travail. Les bouchons de liège sont donc stockés en attendant d’être triés puis acheminés à SOUSTON où se trouve la seule unité de recyclage du liège pour le sud de la France.

La société selon la convention établie devrait venir chercher les sacs et acheter les bouchons autour de 110 euros la tonne.

Après informations prises auprès de la société Agglolux de Souston qui recycle avec trois autres entreprises les bouchons, ceux -ci , une fois triés peuvent être directement acheminés dans les landes et le prix d’achat est de l’ordre de 300 euros.

La mise en place du nouveau tri au porte à porte devrait pouvoir apporter une solution plus efficace à la collecte et au tri des bouchons de liège.

Le CPN signale que de plus en plus de départements et de régions procèdent à cette collecte et que des solutions volontaristes ont été trouvées

tons plus le liège , il est trop précieux pour aller à la poubelle.

Rappelons -nous  aussi que le projet du CPN du Foyer Rural avait été primé par l’ADEME comme projet innovant et illustrant le développement durable .

Enfin pour terminer ce chapitre , sachez chers internautes que le CPN a conçu une valise pédagogique sur la collecte et le recyclege des bouchons de liège et que celle-ci est destinée à tourner dans les établissements scolaires .Un animateur est en mesure d’expliquer la filière et par la même de parler de tri des déchets .

LE CPN de lagruère est reconnu comme un acteur de l’éducation à l’environnement vers le développement durable et à ce titre son animateur a les capacités et les compétences pour aborder tous les problèmes liés à la réduction des déchets et à la consommation éco responsable.

Le club connaître et protéger la nature du Foyer Rural de Lagruère

( 28 novembre, 2009 )

Un entretien sur le climat , c’est bien le rôle d’un club nature de le diffuser. on peut ne pas être d’accord avec le président du GIEC; Alors laissez un commentaire pour que vive ce blog

Entretien sur le climat avec le président du GIEC « le monde développé n’a vraiment rien fait »

2150 lectures / 2 commentaires06/10/2009, 11:17

[ recommander Recommander cette actualité à un(e) ami(e) ] [ alerte mail Recevoir une alerte mail à chaque nouvelle actualité ]

Un entretien sur le climat , c'est bien le rôle d'un club nature de le diffuser. on peut ne pas être d'accord avec le président du GIEC; Alors laissez un commentaire pour que vive ce blog chaleur_planete
Crédit : OMM

Depuis 2002, Rajendra Pachauri est le Président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui réunit des milliers de scientifiques du monde entier. Cet organe a été créé en 1988 par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM) avec pour but de fournir aux gouvernements une vision scientifique claire de l’évolution du climat mondial. En 2007, le GIEC a publié son quatrième rapport d’évaluation, qui a constaté que le monde clairement se réchauffait en raison des activités humaines. Cette année-là, le groupe d’experts et l’ancien vice-président américain Al Gore ont partagé le Prix Nobel de la paix pour leur travail destiné à faire prendre conscience des changements climatiques dus à l’homme.

Centre d’actualités de l’ONU : Vous avez commencé votre carrière comme ingénieur en mécanique en Inde. Comment vous êtes-vous retrouvé à être impliqué dans les questions sur le changement climatique ?

Rajendra Pachauri : C’est une transition intéressante. J’étais toujours intéressé par les sujets liés à l’énergie et j’ai travaillé comme économiste spécialisé dans l’énergie. J’ai examiné pendant un certain temps les questions liées à la demande dans le secteur de l’énergie et au fur et à mesure je me suis intéressé à l’impact sur l’environnement de la production et de la consommation d’énergie. Il y a plus de 20 ans, je me suis intéressé au changement climatique quand j’ai réalisé que celui-ci pouvait avoir un rôle dévastateur.

Centre d’actualités : Quelle était la perception commune concernant le changement climatique quand vous vous y êtes intéressé pour la première fois il y a 20 ans ? Comment avez-vous vu augmenter le sentiment d’urgence concernant ce sujet ?

Rajendra Pachauri : Je pense que les choses ont beaucoup évolué dans ce domaine. En 1988, quand le GIEC a été créé et quand je me suis profondément intéressé à l’étude du changement climatique, il n’y avait pas de preuves convaincantes et nous avancions avec ce que la science nous disait. Mais maintenant nous avons des observations, nous avons toute une série de données qui montrent que le changement climatique est une réalité. Ce qui est aussi très significatif est que l’essentiel de ce qui s’est passé au cours des 50 dernières années en termes de changement climatique est le résultat des activités humaines. Je pense que le niveau de connaissance dans ce domaine a évolué si rapidement que nous n’avons vraiment aucune raison d’avoir de doute scientifique sur l’impact des activités humaines sur le climat.

Centre d’actualités : Après le quatrième rapport du GIEC publié en 2007, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a déclaré que « la science est claire : le changement climatique provoqué par l’homme est une réalité prouvée ». Cette étude a aussi montré que si le monde continue sur cette voie, les émissions de gaz à effet de serre augmenteront de 25 à 90% d’ici à 2030, comparé à 2000. Pensez-vous que les gouvernements comprennent la nécessité d’agir immédiatement ?

Rajendra Pachauri : De plus en plus et malheureusement, il y a des intérêts personnels et l’inertie en matière de pensée de la part des gens. Tout ceci, j’en ai peur, ralentit le processus par lequel nous pourrions arriver à un accord au niveau mondial. Aussi il est malencontreux que les dirigeants dans la plupart des pays, même s’ils comprennent ce qui doit être fait, se cachent derrière des intérêts dits nationaux, étroits et à très court terme.

Centre d’actualités : Les dirigeants du G20 se sont réunis en juillet en Italie, où ils se sont mis d’accord sur un objectif à long terme de réduction des émissions gaz à effet de serre d’ici à 2050. Ils ont déclaré que la température moyenne mondiale ne devrait pas augmenter de plus de 2 degrés. Qu’est ce que les dirigeants de ces pays auraient dû conclure à cette réunion ?

Rajendra Pachauri : C’était un développement positif qu’ils aient fixé les 2 degrés comme objectif de stabilisation du climat de la Terre. Mais quelqu’un aurait dû leur dire que pour atteindre cette limite, ils doivent garantir, comme le GIEC l’a dit, que les émissions mondiales atteignent un pic d’ici à 2015. Ils ont complètement perdu de vue ceci. Ce qu’on pouvait espérer est qu’en maintenant l’objectif de 2 degrés, ils réduiraient leurs émissions de manière substantielle d’ici à 2020. Mais sans cette réduction, l’objectif de 2 degrés semble vain. Je pense que c’est un sérieux point faible.

Centre d’actualités : En 2007, les Etats se sont mis d’accord sur une « feuille de route » à une conférence des Nations Unies sur le climat à Bali (Indonésie) pour négocier pendant deux ans sur les efforts accrus nécessaires pour combattre, atténuer et s’adapter au réchauffement climatique. Ces discussions doivent être conclues en décembre à Copenhague avec un nouvel accord devant entrer en vigueur après l’expiration en 2012 de la première période d’engagement du Protocole de Kyoto, qui cherche à stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre. Quel est le meilleur résultat possible de la prochaine conférence dans la capitale danoise ?

Rajendra Pachauri : Je pense que nous avons besoin d’une série de décisions, et l’une d’entre elles devrait limiter les émissions de gaz à effet de serre. A Bali, ce qui a été discuté était une réduction de 25 à 40% par les pays développés. Cela a été abandonné plus ou moins à la dernière minute, et je pense que nous avons besoin de revenir à ce niveau de réduction d’ici à 2020. Nous avons aussi besoin d’un engagement à fournir le soutien financier approprié aux pays en développement à la fois pour l’atténuation et l’adaptation. Certainement un accès à la technologie serait nécessaire.

Centre d’actualités : Certains Etats plus riches sont réticents à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre alors que les plus pauvres demandent des ressources et la technologie pour combattre le changement climatique. Comment convaincriez-vous à la fois les pays développés et en développement que réduire les émissions est de l’intérêt de tous ?

Rajendra Pachauri : La seule façon de convaincre les pays en développement est que les pays développés prennent les mesures adéquates. Malheureusement, le monde développé n’a vraiment rien fait. Le Protocole de Kyoto est reconnu plutôt par sa violation que par l’adhésion aux limites qui ont été fixées. Je pense qu’il y a une perte de crédibilité de la part des pays développés. Je pense que nous avons besoin de prendre de fermes engagements alors que historiquement le problème est le résultat des émissions du monde développé, d’un point de vue cumulatif.

Centre d’actualités : Quelle est l’importance de la prochaine conférence de Copenhague ? Comment est ce que vous caractériseriez le poids des décisions qui seront prises à cette réunion ?

Rajendra Pachauri : Il est nécessaire de souligner que si nous n’arrivons pas à un accord et que le monde continue d’augmenter ses émissions de gaz à effet de serre, le changement climatique se produire et aura des effets très graves qui se feront sentir dans plusieurs parties du monde. C’est clairement dans l’intérêt de personne, quel que soit l’endroit où vous vivez. D’autre part, cet accord nous permettra au niveau mondial de travailler dans un esprit de coopération et de procéder à de profondes réductions d’émissions de gaz à effet de serre comme la feuille de route de Bali le spécifie, ce qui permettra de stabiliser le climat de la Terre. Par conséquent, Copenhague est un événement auquel la communauté internationale travaille et est une étape extrêmement importante pour garantir que tout le monde s’implique à résoudre ce problème.

Centre d’actualités : En tant que l’un des visages du combat mondial contre le changement climatique, que faites-vous dans votre vie personnelle pour réduire votre empreinte carbone ? Qu’est ce que les gens au niveau individuel peuvent faire pour lutter contre le changement climatique ?

Rajendra Pachauri : Il y a un domaine dans lequel malheureusement je me sens coupable d’une empreinte carbone plutôt importante et il s’agit des voyages. C’est quelque chose contre lequel je ne peux pas faire grand-chose car je dois diffuser le message. Je dois aller partout dans le monde et je dois convaincre les gens qu’il s’agit d’un problème sérieux que nous devons traiter. Mais en termes de style de vie, je fais attention à ne pas être un trop grand consommateur. Je ne suis pas un consumériste, qui achète et jette. Je fais attention concernant les moyens de transport que j’utilise dans ma vie quotidienne. Je m’assure de maintenir le thermostat du climatiseur à un niveau élevé afin de sentir un certain degré d’inconfort. Plus important, je suis devenu végétarien avec les années parce que la production de viande est extrêmement consommatrice d’énergie. Je m’assure que quand je me déplace d’une pièce à l’autre, j’éteins les lumières et ne les laisse pas allumées quand je n’en ai pas besoin

( 24 novembre, 2009 )

SEMAINE DE LA REDUCTION DES DECHETS: NE JETEZ PAS VOS BOUCHONS DE LIEGE, LE LIEGE EST TROP PRECIEUX POUR ALLER A LA POUBELLE

C’EST LE CPN DE LAGRUERE QUI A ETE A L’ORIGINE DE CETTE COLLECTE . LE LIEGE EST RECYCLE A SOUSTON  OU SE TROUVE LA SEULE UNITE EN FRANCE QUI TRANSFORME CETTE MATIERE VEGETALE NOBLE POUR FAIRE DE L’ISOLATION PHONIQUE ET THERMIQUE

DES BRIQUES SONT AUSSI FABRIQUEES AVEC DE L’ARGILE ET DE LA PAILLE  , POUR LES MAISONS BIOCLIMATIQUES ET QUANTITE D’AUTRES PRODUITS.

C’EST LA CCVG QUI A PRIS LA SUITE CAR LES BENEVOLES ONT ETE DEPASSES PAR L’IMPORTANCE DE LA COLLECTE ET LE TRI DES BOUCHONS CAR IL EST VRAI QU’APPARAISSENT DE PLUS EN PLUS DE BOUCHONS SYNTHETIQUES AVEC LA CRISE DU VIN.

EN CETTE SEMAINE DEDIEE A LA REDUCTION DES DECHETS LE CPN N’A QU’UN SOUHAIT A FORMULER C’EST CELUI DE VOIR LA COLLECTE DES BOUCHONDS DE LIEGE USAGES REPRENDRE DE LA VIGUEUR. CELLE-CI AURAIT TENDANCE A DEPRIMER ET C’EST BIEN DOMMAGE QUE L’INITIATIVE QUI AVAIT PRIS UN BON DEPART SOIT AU RALENTI SEMBLE-T-IL.

ALORS QUE FAUT-IL FAIRE CHERS HABITANTS DE LA CCVG? IL NE FAUT PAS JETER LES BOUCHONS A LA POUBELLE . IL FAUT AVOIR UN ECO GESTE ,CELUI DE METTRE LE BOUCHON DANS UN PETIT SAC ET DE LE PORTER A LA DECHETTERIE QUAND IL EST PLEIN.C’EST SIMPLE ET POURTANT COMBIEN DE FOIS  JE VOIS CES PETITS BOUCHONS SI PRECIEUX FINIR LEUR VIE DANS UNE POUBELLE ET ETRE DIRIGES ENSUITE DANS UN INCINERATEUR OU UNE DECHARGE A CIEL OUVERT . QUEL GASPILLAGE!

JE VOUS SOUHAITE A TOUS UNE BONNE COLLECTE EN CETTE FIN D’ANNEE OU LES BOUCHONS VONT SAUTER AU PLAFOND ET JONCHER LES SALLES DE BANQUETS ET DE RESTAURANTS A L’OCASION DES FETES DE NOEL ET DU PREMIER DE L’AN.

IL SERAIT VRAIMENT DOMMAGE QUE LE LIEGE AILLE A LA POUBELLE . IL NE POURRIT PAS. IL NE BRULE PAS. IL POURRAIT ETRE SI UTILE .

AH! VOUS NE VOUS EN SOUVENEZ PEUT ETRE PLUS , MAIS LES BENEFICES ISSUS DE LA VENTE DES PRODUITS ISSUS DU RECYCLAGE DU LIEGE SONT REDISTRIBUES A DES CENTRES ACCUEILLANT DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LE CADRE DE L’ASSOCIATION TIRE BOUCHONS.

LES BOUCHONS SONT ACHETES A LA TONNE ET IL FAUT BEAUCOUP DE BOUCHONS POUR FAIRE UNE TONNE !

ALORS DES AUJOURD’HUI AYONS LE GESTE NATUREL , NE JETONS PLUS LE BOUCHON A LA POUBELLE!

JEAN MARIE RICHON   BIEN CPNEMENT !!!

( 24 novembre, 2009 )

Bientôt un nouveau débat sur l’alimentation bio dans les cantines scolaires à lagruère avec le club nature et des intervenants

Après avoir participé à deux stages sur les repas bio dans la restauration scolaire et suite au bilan positif que fait arbio en Aquitaine en matière d’agriculture bio qui serait en nette progression , suite aussi à la progression des AMAPS et d’une manière générale suite à la prise de conscience de la nécessité de relocaliser les productions agricoles, le moment est sans doute plus propice pour aborder le sujet sur les repas bio dans les cantines scolaires.

Ce dossier avait été très animé la dernière fois à la polyvalente mais était resté correct. Il n’avait pas été facile de convaincre et de faire admettre  la présence ne serait-ce que  de quelques fruits ou légumes bio dans la composition d’un repas. d’écolier.

Mais les choses bougent et les mentalités changent . Les gens sont plus à l’écoute et peu à peu la conversion au bio se réalise .L’écologie fait son entrée sans heurter dans les débats. ouf! on va pouvoir enfin se parler et aborder les problèmes de fond.

A bientôt donc à lagruère , avec les animateurs du CPN et ses partenaires( au fil des Séounes, le CIVM BIO, ArBio …) pour une réunion en deux parties. D’abord une phase information et peut être  une vidéo puis après l’entracte le débat sous une forme inhabituelle.

Jean marie RICHON , rompu aux techniques  d’animation  en tant que vieux routier des stages de formation proposera pour la première fois à Lagruère des ateliers café inédits qui devraient permettre aux gens de s’exprimer et d’échanger .

bien CPNement 

( 24 novembre, 2009 )

Le petit bois savant a été vandalisé une fois de plus!

Je l’ai déjà exprimé dans ce blog . Les panneaux didactiques portant le sigle crédit agricole ont disparu et des nichoirs ont été renversés , cassés , jetés dans les broussailles. 

Décidément on ne laise même pas la nature tranquille! dans quel monde on vit!

Du coup comme vous le savez l’animation consacrée à la plantation d’arbres et au parrainage d’arbres qui avait connu l’an dernier un joli succès a été annulée.

Mais les bénévoles ont retrouvé le moral et préparent une surprise. Les personnes qui souhaitaient planter des arbres pourront le faire.

A bientôt donc ., pour des informations plus précises.

Jean marie RICHON

( 24 novembre, 2009 )

je ne suis pas le Monsieur frelon asiatique désigné par le conseil général

j’ai refusé la proposition tout simplement parce que mon rôle d’animateur d’une association d’éducation populaire et de sensibilisation à la protection de la biodiversité est d’informer, faire prendre conscience et que je n’ai pas à me substituer aux autorités et aux décideurs pour règler ce fléau car c’est un fléau.

Le club nature de Lagruère a fait son travail , aux autres d’en faire autant et de prendre les décisions qui s’imposent.

Certains pensent que je suis le frelon asiatique, qu’ils sachent bien que ça n’est pas moi.

jean marie RICHON animateur bénévole au club nature du foyer rural    bien CPNement!!!

( 24 novembre, 2009 )

Recensement des nids de frelons asiatiques par le CPN / 10 pour l’instant sur la commune de Lagruère

Le club connaître et protéger la nature a fait son travail  d’information comme vous le savez dès l’arrivée des frelons dans notre secteur avec  le concours de l’association au fil des Séounes .Avec l’accord de la préfecture , nous avons tenu à Lagruère deux réunions qui a rassemblé un grand nombre de personnes et je me souviens avoir animé un débat avec Marie Laure Cambus face à un auditoire composé de personnes venus de tous les horizons.

Par la suite nous avons fabriqué des pièges  dits sélectifs selon les recommandations du professeur Blot et nous étions nombreux ce soir là , organisés en ateliers très conviviaux d’ailleurs.

. Nous sommes repartis les uns et les autres avec nos pièges destinés la saison venue à pièger les reines mères. Certains les ont posés là où il n’y avait pas de frelons en croyant que seul l’appât allait attirer dans leur joardin les frelons asiatique. ils n’en capturèrent pas, bien évidemment! D’autres les ont placés près des ruchers et en ont pris. A une période tout le monde a pris des frelons avec des pièges sélectifs ou pas et tous ont donc fonctionné.Les pièges sélectifs n’étaient plus critiqués alors! Nous ne prenions que des ouvrières et pas de reines. Hélas!

Mais l’invasion étant devenue un fléau aujourd’hui , face à une prolifération excessive , nos pièges se sont avérés être insuffisants en nombre et inefficaces de par la trop petite quantité de frelons attrapés.Au fil des Séounes a travaillé avec Monsieur Haxaire , un personnage bien connu et qui fait autorité. C’est à la suite de ce constat fait sur des bases scientifiques que la recherche s’est focalisé à l’INRA sur d’autres aspects ( étude du comprtement, analyse du bol alimentaire..)

Alors les apiculteurs et les particuliers très critiques à notre égard( pas tous heureusement) ont employé des pièges plus rudimentaires et les chasseurs ont utilisé la manière forte. Mais en définitive , leur lutte a été  tout aussi inefficace face à cette invasion de frelons qui se multiplient et migrent le long des ruisseaux;

A ce jour l’association a amélioré le piège qui n’est pas tout à fait sélectif et peut en mettre à la disposition de personnes qui en feraient la demande. Elle joue toujours son rôle d’information et de sensibilisation au problème tout comme le club nature de lagruère qui s’est associé à cette démarche d’éducation à la préservation de l’environnement et de la biodiversité.

Leur rôle s’arrêtera désormais là.Au fil des Séounes et le CPN de lagruère ont été des éveilleurs et ont alerté sur le danger qui guette les ruchers et les habitants.Plusieurs personnes ont L fait l’objet de piqûres qui auraient pu être dramatiques.Il y a eu mort d’homme dans un département.

le mouvement associatif ne peut pas se substituer aux pouvoirs publics et aux décideurs. Il aura fait son travail ; aux autres de faire le leur.

Le conseil général aurait désigné des personnes ressources par canton? Connaît-on leur nom?La préfecture aurait donné des agréments à des entreprises pour détruire les nids? lesquelles?

L’INRA en revanche oriente sa recherche sur les hormones  femmelles du frelon pour en étudier la composition chimique et reconstituer la molécule en laboratoire afin de l’utiliser dans de nouveaux pièges.

Les apiculteurs restent attentifs aux problèmes posés par les frelons aux abeilles , mais celles-ci verraient leur cheptel diminuer par des causes multiples et le frelon en serait une parmi tant d’autres. rappelons-nous du gaucho et ce dernier a été remplacé par un autre produit sans doute tout aussi nocif!

Bref , le CPN espère avoir fait son travail d’information et de sensibilisation à la protection de la biodiversité mais il ne peut pas aller au delà de ses prérogatives.Il espère que les autorités les plus hautes du département et les élus des cantons prendront à bras le corps ce fléau sinon il faudra faire avec.

Revenons au recensement communiqué d’ailleurs à la presse (sud ouest )  sur le territoire de Lagruère . Les animateurs en dénombre à ce jour 10 en comptant ceux qui ont été détruits par les entreprises spécialisées à la demande des particuliers. 

bien CPNement! jean marie RICHON l’animateur

( 23 novembre, 2009 )

Le FILM de NICOLAS HULOT A AIGUILLON LE 26 NOVEMBRE A 20H30: LE SYNDROME DU TITANIC

dscn2096large11.jpgIl ne s’agit pas du Titanic mais d’une très belle photo de péniche sur le canal de garonne

C’est un documentaire édifiant sur les crises écologiques,économiques, alimentaires, et climatiques qui en se combinant nous mènent droit vers une crise de l’humanité, voire humanitaire.

tout cela ne serait-il pas un grand malentendu.Notre système n’est-il pas érigé sur un système qui court à sa perte car il fonctionne sur le principe d’une croissance exponentielle et de ressources infinies dans un monde qui , lui, ne s’étend pas…>

c’est me semble t-il le rôle du club connaître et protéger la nature de signaler des documentaires qui viennent conforter le message que nous essayons non sans difficulté de faire passer au travers de nos modestes actions quotidiennes.

il y a quelques temps nous parlions du film HOME, puis des enfants s’en souviendront et  du bonheur national brut, aujourd’hui c’est le syndrome du Titanic qu’il faut aller voir à AIGUILLON le JEUDI 26 novembre à 20H30;un débat suivra la projection.

Jean Marie RICHON  animateur au club CPN

( 20 novembre, 2009 )

JE LANCE LE DEBAT. POURQUOI DETRUIT-ON LES SITES NATURELS DU CLUB CONNAITRE ET PROTEGER LA NATURE ET LES MILIEUX NATURELS OU LE PATRIMOINE ??

21350204312.jpgSUITE A L’ARTICLE QUE VOUS AVEZ LU SUR LA DISPARITION DE PANNEAUX DIDACTIQUES DANS LE PETIT BOIS SAVANT , JE SOUHAITERAIS QU’IL Y AIT UN DEBAT . JE VOUS INVITE DONC A DONNER VOTRE AVIS.

JEAN MARIE RICHON ANIMATEUR NATURE DU CPN DE LAGRUERE

PS:JE PRECISE QUE CPN VEUT DIRE CLUB CONNAITRE ET PROTEGER LA NATURE ET NON CHASSE PECHE ET NATURE

123
Page Suivante »
|